COVID 19 : lutter contre les violences faites aux femmes en période de confinement

COVID 19 : lutter contre les violences faites aux femmes en période de confinement

COVID 19 : lutter contre les violences faites aux femmes en période de confinement

Le confinement est malheureusement propice à une recrudescence des violences conjugales, qui ont en moyenne augmenté de 30% durant la première semaine.

Pour lutter contre ce fléau, un plan de lutte contre les violences conjugales en période de confinement a été mis en œuvre par le Secrétariat d’Etat chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations. Le dispositif existant a ainsi été renforcé, et de nouvelles mesures ont été prises.

Partagez au maximum ces informations autour de vous !


3919 : le numéro d’écoute pour les femmes victimes de violence

Les plages horaires de ce numéro d’écoute géré par la Fédération Nationale Solidarité Femmes ont été adaptés :il fonctionne du lundi au samedi de 9h à 19h.

ATTENTION : ce numéro d’écoute n’est pas un numéro d’urgence. Pour les urgences, il convient d’appeler le 17.


17 : le numéro à composer en cas d’urgence

Vous êtes victimes de violence ou vous souhaitez signaler des violences dont vous êtes témoin, contactez la police au 17. Elle pourra ainsi intervenir rapidement et procéder, le cas échéant, à des gardes à vue.

A noter que plusieurs interventions débouchant sur des gardes à vue ont été rendues publiques par la Police nationale ces derniers jours.


arretonslesviolences.gouv.fr : une plateforme pour échanger avec police et gendarmes 24h/24 7jours/7

La plateforme www.arretonslesviolences.gouv.fr permet de se connecter 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour échanger avec des policières, policiers et gendarmes spécialement formés aux violences conjugales.

Plusieurs milliers de signalements et d’enquêtes ont d’ores et déjà été lancés grâce à ce dispositif, et certains d’entre eux ont amené une intervention immédiate des forces de l’ordre.


Un traitement prioritaire des affaires de violences conjugales

Afin de mettre fin aux cohabitations mettant les femmes en danger, notamment en période de confinement, la Garde des Sceaux a donné consigne aux juridictions de traiter en priorité les affaires de violences conjugales et de prioriser l’éviction du conjoint violent.

A cet égard, les centres d’hébergement des femmes victimes de violences poursuivent leur activité.


Un Guide des parents confinés disponible en ligne

Pour accompagner les parents confinés, avec ou sans leurs enfants, et ainsi prévenir les situations de stress pouvant conduire à des violences conjugales, le Secrétariat d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes a réalisé le « Guide des parents confinés : 50 astuces de pro ! ». Ces conseils bénévoles de professionnels, experts et parents sont disponibles en ligne sur le site du Secrétariat d’Etat.

+ D’INFOS : Lire l’article « Soutien à la parentalité en période de confinement »


A ce premier volet de mesures prises immédiatement après l’annonce du confinement par le Président de la République, de nouvelles dispositions ont été apportées.

Le Secrétariat d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes mobilise 1 million d’euros pour financer ces actions inédites.


Un système d’alerte dans les pharmacies

Le Ministère de l’Intérieur et le Secrétariat à l’Egalité entre les femmes et les hommes créent un système d’alerte pour les femmes victimes de violences conjugales dans les pharmacies durant la période de confinement. Des consignes sont données pour que les forces de l’ordre puissent intervenir en urgence si une femme victime de violences conjugales se présente au comptoir.


Des subventions complémentaires pour les associations

Pour assurer la continuité des missions des associations de lutte contre les violences sexistes et sexuelles, qui tentent de s’adapter au confinement, des subventions complémentaires seront versées aux associations qui en ont le plus besoin.


Un financement de nuitées d’hôtel

Avec l’éloignement des conjoints violents, la mise à l’abri de leurs victimes est une priorité. Il faut mettre fin à cette cohabitation à risque ! C’est pourquoi seront financées 20.000 nuitées d’hôtel ou en CHRS (Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale) pour les femmes victimes de violences conjugales ou pour les conjoints violents.


Une mission de quantification des violences conjugales en période de confinement

Enfin, afin d’évaluer l’efficience de ces mesures et d’anticiper de prochaines crises, une mission de quantification des violences conjugales en période de confinement est confiée à la Secrétaire générale de la Mission interministérielle de protection des femmes (MIPROF), Elisabeth Moiron-Braud.

Cette mission consiste à :

  • Evaluer l’impact de la crise et du confinement sur les violences conjugales et assurer le suivi des mesures de protection déployées ;
  • Proposer des aménagements des mesures de protection en cas de confinement (ex : éviction du conjoint violent) ;
  • Objectiver la situation afin d’anticiper les mesures à déclencher immédiatement en cas d’épidémie future et confinement à court, moyen ou long terme.

RAPPEL : en cas d’urgence, vous pouvez également contacter le numéro mis en place par la Mairie pendant la période de confinement :

06.23.73.33.20 

Accessible de 9h à 17h, 7 jours sur 7

 

Partager

X